La Mer de Poséidon en Caddie

Essonne » Étampes » Spectacles et Théâtre

La Mer de Poséidon en Caddie

Collectif La Bande A Léon - Audrey Bertrand LA MER DE POSEIDON EN CADDIE Résumé : Au Super M, l’excitation est à son comble : tous les vendeurs sont mobilisés pour cette grosse fin de semaine. Entre coaching et séances de team building, l’enjeu est immense : il s’agit de faire du chiffre et de vendre le plus possible. Seulement voilà, à quelques minutes de l’ouverture, aucun poisson sur les étals. En pleine mer, les filets sont vides et les pêcheurs portés disparus. Quand la chaîne d’approvisionnement déraille, elle entraîne avec elle toute une société qui n’a d’autres repères que l’achat compulsif. Avec son écriture poétique et imagée, Vhan Olsen Dombo nous questionne sur notre rapport à la consommation et construit un univers loufoque où l’objet et l’argent sont rois. Porté par une équipe de comédiens affichant un sourire de responsables de rayon, La Mer de Poséidon en caddie est à la fois une fantaisie théâtrale, une enquête sociologique et une plongée dans un microcosme régi par ses propres codes. Génèse du projet : Le point de départ, un lieu : Le supermarché comme reflet de notre société. Projet hybride mêlant commande d’écriture et projet territorial de grande envergure, La Mer de Poséidon en caddie se situe entre théâtre documentaire, fiction fantastique et œuvre poétique. En 2019, La Bande A Léon est lauréate pour la Résidence Mission CLEA Arts Vivants (financée par la DRAC Ile-de-France) avec son projet L’hypermarché de la superviolence, autour de la notion de violence et d’altérité dans notre société. Ce sera le point de départ de notre recherche et de notre partenariat privilégié avec le Théâtre Brétigny et le territoire de l'agglomération Cœur-Essonne. Nous décidons de travailler autour de la violence par le biais de la société de consommation et de sa manifestation physique par excellence : le Supermarché. Tout commence par une enquête de satisfaction, que l’on pourrait comparer à une enquête sociologique, autour de notre rapport à la société, à l’autre. L’idée est de recueillir des propos, de la matière pour ensuite créer. Les témoignages, les anecdotes, les révoltes se sont fait nombreux et immédiats. Puis le covid intervient. Nous commençons alors la construction d’un Journal de Supermarché , à la manière d’ Annie Ernaux et son ouvrage Regarde les lumières mon amour . Chaque personne de notre entourage doit écrire une page, comme un journal intime sur ce qu’il voit, ce qu’il ressent et ce qu’il pense de son passage dans un supermarché. Ce journal s’étend très largement, lors de multiples actions sur le terrain, auprès des consommateurs, de spectateurs d’Un été à Brétigny, et puis des élèves d’établissements scolaires d’Ile de France, d’Alsace, de Franche-Comté. Plus tard, toujours empêchés par le virus nous commençons une résidence de recherche et d’écriture au TANGRAM – Scène Nationale d’Evreux , pendant laquelle nous mettons en place un autre projet : La Hotline . Les spectateurs privés de salle deviennent auditeurs. Faire voyager nos correspondants téléphoniques à travers un supermarché fictionnel, leur lire des histoires et leur poser des questions. Nous poursuivons ce temps de recherche et nous passons une semaine avec les clients et les employés du Carrefour de Sainte-Geneviève-des-Bois, et une semaine au Centre Commercial de la Vache Noire dans la boutique culturelle dirigée par Anis Gras , dans laquelle nous élaborons un questionnaire, récoltons la parole des clients et créons une forme à partir de leurs écrits. Tout ce travail de collecte et de maturation nourrit l’écriture de Vhan, sert de carburant lors des semaines de recherche au plateau. Ce travail trouve son aboutissement dans la présentation d’une étape de travail au Théâtre de Brétigny en mai 2021, puis à la création, aux Déchargeurs en 2022. Note d'intention de la Metteuse en Scène : Si j’ai voulu aborder au théâtre ce sujet à la fois trivial, complexe et fascinant, c’est d’abord parce qu’il nous concerne tous, puis parce qu’il me semble questionner tout le monde. Il est à mon sens extrêmement représentatif de la société dans laquelle nous vivons, ce vivre-ensemble que nous nous efforçons d’interroger et de représenter avec la Bande à Léon depuis plusieurs années. Quoi de mieux qu’Auchan, Carrefour, Lidl, Leclerc, Casino et tous leurs concurrents pour nous raconter des histoires qui nous poussent à réfléchir sur notre condition et nos choix. Suite au conséquent travail de collecte de témoignages, de recherches, de journées d’immersions et d’actions culturelles (cf Génèse du projet), nous avons oeuvré avec Vhan Olsen et l’équipe artistique du collectif à retranscrire au plateau le quotidien et les contradictions de ce non-lieu : la violence qu’il contient, sa douceur aussi, sa valeur refuge, sa catastrophe, sa nécessité, les rencontres qu’il offre, la solitude qu’il transpire. L’objectif, grâce à l’écriture poétique et imagée de Vhan, a été de transcender le supermarché, partir du concret pour arriver dans l’imaginaire. Je souhaitais malgré tout raconter une histoire. Ce sera celle du Super M, de ses pêcheurs-fournisseurs, des poissons qu’ils doivent livrer au Supermarché. Ce sera celle aussi des délais de livraison, d’un directeur excessif et survolté, des employés dévoués, des clients pressés. En somme, de toutes ces entités perdues dans ce tourbillon de la vie. Une histoire au royaume de la consommation ne peut s’envisager sans son ambiance sonore. Je l’ai voulu omniprésente. Les chansons françaises d’abord, parce qu’elles passent en boucle dans les supermarchés, comme un patrimoine. On les chante sans s’en rendre compte, nous font rire ou pleurer, demeurent ringardes et belles à la fois. La musique électronique et les nappes sonores de Florent Collignon permettront également de transpercer nos inconscients et d’induire la distorsion de cette réalité. Une histoire au royaume de la consommation ne peut, non plus, s’envisager sans sa saturation d’images et de couleurs. Les créations vidéos de Gaëtan Trovato, les lumières de Charly Lhuillier, la scénographie d’Alix Mercier et les costumes de Malou Galinou y donneront corps, entre agressivité et plastique, à la frontière du réalisme et des chimères, des rêves et des cauchemars. Je leur ai demandé de retranscrire cette douce violence de la grande distribution qui nous pousse vers une folie sociétale, un entassement d’aberrations écologiques et humaines, de pollution. Une histoire au royaume de la consommation ne peut, enfin, s’envisager sans ce flirt avec les Mythes qu’inspirent les géants du commerce, leur démesure, leurs légendes. Parce que les poissons manquent, parce qu’on les remplace par de la pourriture, alors on s’empoissonne, on devient poisson. Avec Vhan Olsen nous voulions nous élever dans ce voyage en absurdie, le traiter par le rire, la démesure, l’étrange. Cet univers superficiel de la consommation est-il finalement réel ? Que reste-il de notre simple humanité ? Ce paradoxe insaisissable, nous avons voulu le traverser, le transformer, le mythifier. Audrey Bertrand Texte Vhan Olsen Mise en scène Audrey Bertrand Administration Alexandre Denis Dramaturgie Dina El Guebali - Vidéo Gaëtan Trovato - Scénographie Alix Mercier - Costumes Malou Galinou - Lumières Charly Lhuillier - Musique Florent Collignon Jeu Robin Betchen, Sylvain Lablée, Marine Maluenda, Noé Pflieger, Antoine Quintard Durée 1h30 Production La Bande À Léon Coproduction Théâtre de Brétigny Scène conventionnée arts et humanités, Le Tangram - Scène nationale d’Évreux-Louviers Soutiens Conseil Départemental du 91, Lilas en Scène, Ville de Boussy Saint-Antoine, SPEDIDAM, ADAMI Texte édité aux éditions Le Lys Bleu

Tarifs : Réservation via le numéro de téléphone de la billetterie 01 64 94 99 09 ou par internet https://web.digitick.com/la-mer-de-poseidon-en-caddie-theatre-theatre-intercommunal-d-etampes-vendredi-26-avril-2024-20h30-css5-etampois-pg101-ri9703807.html

Facebook Twitter Messenger Enveloppe iCalendar

Lieu de l'événement :

Théâtre intercommunal d'Étampes
Place Geoffroy-Saint-Hilaire

91150 Étampes

Dates et horaires :

Annonce n°1625233 | Signaler un problème